LES MIRACLES HISTORIQUES DU CORAN

LE PROPHETE MOISE (PSL) ET LA MER SEPAREE EN DEUX

Les rois d'Egypte connus sous le nom de "Pharaons" (ou Fir'awn en arabe du Coran) se considéraient comme des divinités dans la religion polythéiste et superstitieuse de l'ancienne Egypte. A une époque où le peuple d'Egypte favorisait un système de croyance superstitieuse plutôt qu'un système de croyance divin - période durant laquelle les enfants d'Israël avaient été réduits à l'esclavage - Dieu envoya le Prophète Moïse (psl) comme messager aux tribus d'Egypte.

Cependant, Pharaon et sa cour, et le peuple d'Egypte en général, refusèrent presque tous de répondre à l'appel de Moïse (psl) les exhortant à abandonner leurs croyances idolâtres, et à adhérer à la religion divine et à l'unicité de Dieu. Le Prophète Moïse (psl) somma Pharaon et ses notables de se détourner des faux cultes, et les mit en garde contre la colère de Dieu. En réponse à cela, ils s'insurgèrent contre le Prophète Moïse (psl) et le calomnièrent. Ils l'accusèrent d'être un fou, un sorcier, et un menteur. Pharaon et son peuple refusèrent de se soumettre au Prophète Moïse (psl) malgré le nombre de calamités qui s'abattirent sur eux. Ils refusèrent d'accepter Dieu comme seule déité. Ils tinrent même le Prophète Moïse (psl) pour responsable des maux subis et cherchèrent à l'exiler d'Egypte. Dans le Coran, Dieu fait référence au Prophète Moïse (psl) et à ceux qui crurent avec lui en ces termes :

Et Nous révélâmes à Moïse [ceci] : "Pars de nuit avec Mes serviteurs, car vous serez poursuivis." Puis Pharaon envoya des rassembleurs [dire] dans les villes : "Ce sont en fait, une bande peu nombreuse, mais ils nous irritent, tandis que nous sommes tous vigilants." Ainsi, Nous les fîmes donc sortir, des jardins, des sources, des trésors et d'un lieu de séjour agréable. Il en fut ainsi ! Et Nous les donnâmes en héritage aux Enfants d'Israël. Au lever du Soleil, ils les poursuivirent. (Coran, 26 : 52-60)

Comme le révèle le Coran, les deux communautés se rencontrèrent au bord de la mer, à l'issue de cette poursuite. Dieu fendit alors la mer en deux et sauva le Prophète Moïse (psl) et les croyants qui l'accompagnaient, détruisant Pharaon et son peuple. Cette aide venant de Dieu est décrite ainsi :

Alors Nous révélâmes à Moïse : "Frappe la mer de ton bâton." Elle se fendit alors, et chaque versant fut comme une énorme montagne. Nous fîmes approcher les autres [Pharaon et son peuple]. Et Nous sauvâmes Moïse et tous ceux qui étaient avec lui ; ensuite Nous noyâmes les autres. (Coran, 26 : 63-68)

En relation avec ce sujet, le fait suivant a été récemment découvert dans des papyrus datant de l'époque de Pharaon :

D'Amenamoni, Chef des livres de protection de la chambre blanche du palais, au scribe Penterhor :

Lorsque vous recevrez cette lettre et que vous l'aurez lue point par point, laissez votre coeur s'abandonner à la peine, la douleur la plus aiguë, telle une feuille avant un orage, lorsque vous apprendrez le triste désastre de la noyade dans le grand tourbillon…

La calamité le frappa soudainement et inévitablement. Décrire la destruction des seigneurs, le seigneur des tribus, le roi de l'est et de l'ouest. Le sommeil dans les eaux a fait de quelque chose de grand, quelque chose d'impuissant. A quelles nouvelles peut-on comparer les nouvelles que je viens de vous envoyer ?216

Le fait que des évènements du passé révélés dans le Coran soient prouvés aujourd'hui est sans aucun doute un important miracle du Coran. (Voir Les nations disparues, 2ème éd., Harun Yahya, Editions Essalam, Paris, 2003)

Ce miracle, vécu par le Prophète Moïse (psl) et les Enfants d'Israël lorsqu'ils traversèrent la Mer Rouge a été le sujet de nombreuses études. Les enquêtes archéologiques ont établi non seulement le parcours suivi vers la Mer Rouge après qu'ils ont quitté l'Egypte, mais aussi l'endroit entouré de montagnes où Pharaon, le Prophète Moïse (psl) et sa tribu se rencontrèrent. (Dieu sait mieux)

Suivant de nombreuses études et investigations prenant cela comme point de départ, les scientifiques en sont venus à des conclusions frappantes concernant la façon dont la mer fut divisée en deux. Ces conclusions sont en total accord avec ce qui a été révélé dans le Coran. La façon dont ces évènements historiques décrits dans le Coran sont aujourd'hui illuminés par des mémoires historiques est sans aucun doute un miracle important du livre de l'Islam.

La montagne connue sous le nom de jabal-Moussa est considérée comme faisant partie de la Presqu'ile du Sinaï. Cependant des découvertes récentes ont montré qu'en réalité, elle se situe sur la rive arabe de la Mer Rouge.

A la Suite d'un long et pénible voyage pour le Prophéte Moïse et les Israélites, un passage entre les montagnes pouvait être aperçu.

La partie de la presqu'ile du Sinaï s'ouvrant sur le Golfe

Naum Volzinger et Alexei Androsov, deux mathématiciens russes, ont prouvé que le Prophète Moïse (psl) avait effectivement pu séparer la mer. Contrairement aux scientifiques qui se concentrèrent sur la probabilité d'un tel miracle, les mathématiciens russes ont enquêté sur les conditions qui auraient pu conduire à ce miracle. En retour, cela a confirmé le miracle lui-même.


Le char royal de Pharaon est en exposition dans un musée égyptien. Un modéle similaire a été trouvé lors des fouilles effectuées à  l'endroit oùla mers'est fendue.
Selon l'étude qui a été publiée dans le bulletin de l'Académie des Sciences Russe, il y avait un récif, qui était proche de la surface dans la Mer Rouge à ce moment-là. A partir de là, les scientifiques se mirent à établir la vitesse du vent et la force de l'orage, nécessaires pour laisser le récif à un niveau élevé et sec à marée basse. Résultat de cela, il devint clair qu'un vent dont la vitesse est de 30 m par seconde pouvait faire se retirer la mer, laissant ainsi le récif exposé. Naum Volzinger, de l'Institut Océanographique de l'Académie des Sciences Russe, a déclaré que "si le vent d'est soufflait toute la nuit à une vitesse de 30 m par seconde alors le récif serait sec". Il a ajouté aussi que "il aurait fallu aux juifs - il y en avait 600.000 - quatre heures pour traverser les sept kilomètres pour aller d'une rive à l'autre… puis, en une demi-heure, les eaux recouvriraient de nouveau les lieux.217 De plus, Volzinger dit que son collègue Androsov et lui, avaient étudié le problème strictement du point de vue d'Isaac Newton. Comme il le formula, "Je suis convaincu que Dieu dirige la Terre à travers les lois de la physique".218

On ne doit pas oublier qu'il y a toujours la possibilité qu'un phénomène naturel ait lieu. Si c'est la volonté de Dieu, ce miracle peut se réaliser encore lorsque les conditions requises - telles que la vitesse du vent, le temps et le lieu - sont réunies. Cependant, l'aspect véritablement miraculeux ici est le fait que ces évènements aient eu lieu juste au moment où le Prophète Moïse (psl) et sa tribu étaient sur le point d'être vaincus. Le fait que les eaux se soient retirées au moment précis où le Prophète Moïse (psl) et sa communauté étaient sur le point de traverser cette mer - sans parler du fait que les eaux se remirent en place lorsque Pharaon et son armée étaient en train de traverser la mer à leur tour - est un exemple clair de l'aide que Dieu apporte aux fidèles. En effet, la manière dont le Prophète Moïse (psl) compta sur Dieu et Lui fit confiance est un exemple des valeurs morales les plus louables.

216. British Museum, Egyptian Papyri no. 6.
217. Galina Stolyarova, "City Scientists Say Red-Sea Miracle Can Be Explained", The St. Petersburg Times, du 20 janvier 2004,
www.sptimes.ru/archive/times/936/top/t_11445.htm ; Galina Stolyarova, "Mathematicians Dissect a Miracle", The Moscow Times, du 21 janvier 2004, www.themoscowtimes.com/stories/2004/01/21/003.html
218. Ibid.