LES MIRACLES SCIENTIFIQUES DE DIEU
DANS LE CORAN

CHIRURGIE PAR PONTAGE CORONARIEN

N'avons-Nous pas ouvert pour toi ta poitrine [ô Mohammad] ? Et ne t'avons-Nous pas déchargé du fardeau qui accablait ton dos ? Et exalté pour toi ta renommée ? A côte de la difficulté est, certes, une facilité ! A côte de la difficulté est, certes, une facilité ! (Coran, 94 : 1-6)

Afin de survivre et de fonctionner, chaque organe a besoin d'être alimenté de sang. Le sang irrigue le coeur via l'artère coronarienne. En cas de durcissement des artères (athérosclérose), le rétrécissement et l'obstruction atteignent ces artères. Quand cette situation se développe, le flux de sang est fortement ralenti et le coeur n'est plus suffisamment alimenté. Cela provoque des douleurs au niveau de la poitrine, signe que le coeur ne fonctionne pas convenablement et donc est susceptible d'être le siège d'une attaque.

L'expression A lam nachrah laka sadraka dans le verset ci-dessus - traduit par "N'avons-Nous pas ouvert pour toi ta poitrine…" fait peut être référence aux troubles cardiaques de cette nature et aux pontages coronariens qui sont pratiqués de nos jours. (Dieu sait mieux) Ceci parce que les termes lam nachrah signifie "couper la chair ouverte et structures similaires". En effet, dans de telles opérations, on accède au coeur en pratiquant une incision au niveau du sternum. Cela permet au sang de circuler de nouveau et aux douleurs de la poitrine de disparaître. Le terme "ouvrir" dans le verset ci-dessus fait peut-être allusion à la suppression d'une telle congestion des artères.

De plus, c'est révélateur d'une très grande sagesse qu'immédiatement après cette sourate, Dieu jure par l'olive, qui est si bénéfique pour le coeur. (Coran, 95 : 1)